Rechercher
  • Géné infertile by EF

Faire le deuil d'un projet à deux



Il y a quelques semaines, j'ai connu l'amour, la douceur, la tendresse, l'attention.

Je me suis prise au jeu d'une relation tout en sachant que mon deuxième essai PMA était programmé pour bientôt. Et je ne regrette rien. C'est ce dont j'avais besoin à ce moment précis de ma vie. Une relation fusionnelle, où l'on partage plein de choses, où l'on se dit tout.


Mais l'honnêteté a un prix...


Comme à mon habitude, j'ai annoncé très tôt mon infertilité et les conséquences que cela avait sur ma vie. Puis j'ai parlé de mon projet de don d'embryon. Au final, tout cela a plutôt bien été accueilli. Et j'en étais fière. Fière d'avoir pu exprimer pour la première fois que j'avais un projet de maternité déjà bien ficelé et que je n'attendais pas d'implication médicale de l'homme. Tout ce que je voulais, c'était faire une place à ma vie de femme avant de faire naître ma vie de future maman.


Me voilà donc partie dans la découverte de l'autre, les confidences et les moments précieux à deux. Des choses se disent, des projets naissent, des éventualités se posent.

Puis la peur s'installe, des deux côtés : est-ce vraiment cela que l'on veut ? Et si on avait trop idéalisé ? Comment intégrer quelqu'un à un projet déjà né ? Quelle place accorder à l'autre ?

Alors la beauté de la relation est soudainement envahie par des doutes, des appréhensions, des revirements de situation.


Et me voilà de nouveau seule.


Oui, je me suis lancée dans un projet de maternité en solo il y a de cela un an.

Mais en vrai, c'est quoi être maman solo ?

Est-ce se consacrer entièrement à la vie de son futur enfant en sacrifiant sa vie amoureuse ?

Est-ce se condamner à soulager la peur de l'autre au point de s'oublier ?

Est-ce vivre dans la crainte perpétuelle de faire capoter ses relations ?


Cette semaine, ce sont toutes ces réflexions qui me sont venues à l'esprit.

J'aime ma vie et je chéris tous les cadeaux qu'elle m'a offert. Mais j'ai soudainement pris conscience que pendant des années, j'ai dû faire un choix entre "être en couple" ou "être mère". Car le fait est que jusqu'à présent je ne suis jamais tombée sur un homme capable d'aller jusqu'au bout de mes rêves avec moi. J'ai souvent pointé du doigt cette attitude et accablé mes compagnons pour cela.

Mais cette nuit j'ai eu une révélation : je suis la seule responsable de ma situation !

J'ai attiré à moi des hommes émotionnellement fragiles car JE ne me sens pas prête à faire d'un projet en solo un projet à deux. Il y a quelques années, le problème se posait déjà avec mon envie d'adopter. Et aujourd'hui c'est la PMA.

La vérité est que je veux avoir le total contrôle sur ma façon de devenir mère, sur mes choix et décisions. Et impliquer quelqu'un au même degré que je le suis, ce serait faire des concessions, des changements, penser à des alternatives, trouver un rythme différent. Hé bien oui, aujourd'hui je peux dire que je ne le souhaite pas. Parce que ce projet, c'est le projet de toute une vie. 10 ans d'infertilité c'est 10 ans de réflexion. Et partager ces réflexions à chaque nouvelle rencontre, c'est dur. Alors peut-être qu'inconsciemment j'ai voulu être la seule à avoir le pouvoir de décision, par peur que la finalité ne soit pas celle que j'avais tant imaginée.


En définitive, un projet de maternité en solo n'est-il pas un cadeau que l'on se fait à soi-même ? Si tel est le cas, nous sommes bien les seules à pouvoir décider de la façon dont on veut se l'offrir.

Mais cela ne veut pas dire que nous serons seules à le déballer et à en profiter...


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout